Gilets jaunes et moi et moi et nous et nous

http://www.radio-couleur-chartreuse.org/wp-content/uploads/2018/11/5bee86bc7c99c5.05621712.png

Oui j’irai à un point de blocage ce samedi à Pont de Beauvoisin.
On évitera le blocage total et toute violence aux biens et aux personnes . Oui il y a des
ambiguïtés, des tentatives de récup. Mais « quand les blés sont sous la grêle fou qui fait le
délicat fou qui songe à ses querelles au coeur du commun combat ».. Le ras le bol ne se
divise pas.
Tout y est : du carburant lourd au budget des travailleurs comme des retraites allégées, de la
SNCF en capitalotade dont ici la suppression de TER sur la ligne Bourgoin Chambéry
quand le pouvoir prétexte d’écologie pour taxer les carburants de ceux qui n’ont que leur
bagnole pour aller au boulot, co voiturage ou pas !
Stoppons un système politique qui n’est que le relai des puissants de l’économie, qui enrichit
les riches propriétaires et taxe les pauvres : cadeaux fiscaux et exonérations d’impôts ou le
CICE aux entreprises du CAC 40 : 40 milliards 2017 pour même pas 100 000 emplois créés ! Et
l’évasion fiscale si elle était combattue efficacement rapporterait près de 100 milliards.

Les riches s’exonèrent de leur devoir, les pauvres et salariés casquent !
L’écologie sert de prétexte à la caste au pouvoir pour privilégier les privilégiés. La bagnole électrique au bilan carbone pas meilleur que les autres moins bien que le gaz, est inabordable, destructrice de vastes régions du monde pour le lithium et le néodyme, primes et bornes de recharge aux frais du contribuable….
Or, c’est clair, on va payer cher l’inaction : 15 364 chercheurs de 85 pays payés par l’ONU (pas par des entreprises privées) rappellent que l’Humanité est dans un état d’EXTREME urgence climatique.
Il ne restent que quelques années pour virer de bord !
La trajectoire actuelle pour la fin du siècle ce n’est plus une augmentation moyenne de 3° , en ce cas d’incontrôlables catastrophes en chaîne, mais plus 5,5 ° soit la fin de l’humanité !
Les plus riches des GAFAM rêvent d’aller coloniser Mars. Les classes riches ne se sentent plus solidaires de leur peuple qui les a enrichies !
En attendant on aura bientôt (dès années 2040) 50° entre juin et septembre sur la France selon National Géographic soit demain matin pour nos enfants : un four, …. Il faut donc laisser 90% ou 100% du pétrole dans le sol, stopper « la montée du capitalisme du désastre  » (N Klein).
On a pu en période dramatique de guerre mobiliser des ressources énormes pour vaincre le nazisme. Pourquoi pas si on est nombreux le faire, en commençant local (notamment pour la conquête par 1/3 des résidents, habitants de leurs communes en 2020 ) refaire une économie relocalisée de production par les masses (agriculture paysanne, artisanat, coopératives, recyclage, réutilisation, partages, solidarités, démocratie, mobilisation , dé-consommation) plutôt que la production de masse de l’industrialisme capitaliste globalisé y compris vert (éoliennes géantes) catastrophique pour l’humanité et la nature (un porte container géant c’est la pollution de 50 millions de bagnoles la finance spéculative qui va exploser va détruire nos vies)

On peut revoir tout le système si on est convaincu de changer la donne pour survivre ! C’est
donc tout de suite qu’il faut imposer un changement radical de l’économie, comme sauver
toutes les terres arables, les forêts, l’eau, et les filères soutenables sans pétrole.
C’est par l’égalité sociale qu’on mobilisera la nation et qu’on inventera une société soutenable en tout cas capable de protéger les plus faibles et moins nantis des cataclysmes voire des effondrements.
Taxer fortement les revenus donc les consommations des privilégiés (Cf « Comment les riches détruisent la planète »), nationaliser le crédit, restaurer la souveraineté monétaire tout en soutenant massivement les initiatives multiples des territoires pour re-construire au plus vite leur autonomie alimentaire et énergétique, ainsi que l’approvisionnement de l’essentiel pour les villes dans des ceintures vertes rapprochées de 50 km , tout en décroissant les consommations inutiles, interdisant les polluants chimiques, les plastiques etc etc. Pleins de boulots de qualité peuvent en naître à fortes valeurs ajoutée par unité produite (cf l’économiste Jean Gadrey « Adieu à la croissance »)

Rien n’empêche d’imposer de nouvelles lois pour faciliter le retour à la campagne, les éco construction bioclimatiques et isolations de petits immeubles paille bois, la non bétonnisation des terres arables pour faire revivre les bourgs et les campagnes avec une économie des biens utiles et nécessaires , en circuits directs, avec le développement de propriétés communes, de biens publics et communs gérés en démocratie horizontale, tout en protégeant notre sécurité sociale et en assurant des retraites décentes pour les plus modestes. Il est de vrais moyens d’assurer une certaine résilience (vie vivable à tous/tes) qui ne relèvent pas d’une croissance verte calamiteuse d’unités géantes aux mains d’actionnaires privés , mais l’usages contrôlables sur place, par les citoyens et habitants et des collectivités publiques gérées par eux : mini turbines (Bridoire, Voiron…), petites éoliennes en régies publiques, méthaniseurs. Municipaux, services publics et bois lacs communaux gérés par les habitants..

André Duny La Cen en Savoie (adhérente aux Amis de la terre)
Nouvelle éducation populaire
contact@la-cen.org
site : la-cen.org
06 75 80 05 79